Pour autant, il semble reprendre la main avec l’organisation des débats. Exercice où, faut-il le reconnaître, il s’implique personnellement avec brio.

Au-delà des critiques que nous pouvons légitimement nourrir concernant sa politique, deux observations ressortent :

a) Le référendum, pour clore le grand débat, peut ouvrir la voie aux réponses les plus démagogiques. Notre pays qui croule sous les dettes publiques, qui subit une pression fiscale confiscatoire et qui souffre cruellement de son manque de compétitivité ne peut s’orienter vers ces chemins.

b) Loin d’être dissipés, les problèmes d’Emmanuel MACRON s’accroîtront car sa politique sera de plus en plus incohérente : Comment peut-il prétendre maintenir le cap et en même temps professer qu’il pose l’acte II du quinquennat ?

Personnellement, je ne me suis jamais senti « gilet jaune » car – selon moi – en démocratie, le combat se déroule dans les urnes et non dans la rue.

Un point cependant se doit d’être souligné : beaucoup de Français en ont assez de travailler pour « pas grand-chose » mais surtout ils rejettent la suffisance de certaines élites auto-proclamées. N’oublions pas les causes originelles des gilets jaunes : le ras-le-bol fiscal d’un grand nombre de retraités et d’actifs. Ce dernier point devra être pris au sérieux par notre famille politique car nous ne pourrons espérer le moindre succès électoral d’envergure tant que nous donnerons l’impression de ne pas nous adresser à la France populaire. Ou dit autrement, tant que la France « des fins de mois difficiles » déplorera qu’elle compte, en aides financières et en considération, moins qu’un migrant.

Pour autant, nous devons également avoir le courage de défendre publiquement nos convictions : Oui, la France a besoin de gens qui entreprennent et qui réussissent. Oui, nous avons besoin de gens « riches » héritiers ou « self made man ». Oui, nous avons besoin d’un enseignement supérieur de très haute qualité, formant nos élites de demain et qui eux-mêmes innoveront et créeront les emplois d’après-demain. Oui, nous avons besoin d’élus qui -au quotidien- incarnent la démocratie.

Il revient à nous, Les Républicains, de garder la tête froide, de ne pas céder aux sirènes populistes et de faire preuve de pédagogie. Le monde d’antan ne reviendra pas et professer l’inverse ne serait qu’une preuve de bêtise.

Cela passe, je le dis et je le répète, par un travail de fond afin d’adapter notre « logiciel de pensée » aux défis du XXIème siècle. Les conclusions du rapport de Bernard ACCOYER étaient pourtant dénuées d’ambiguïté sur ce point.

II – Le 29 janvier, la Commission Nationale d'Investiture des Républicains a apporté son soutien au trio formé par François-Xavier BELLAMY, Agnès EVREN et Arnaud DANJEAN pour conduire notre liste aux élections européennes du 26 mai prochain.

Ces personnes incarnent la diversité de notre mouvement : dans son positionnement politique et sociétal, dans ses compétences respectives, dans sa proximité respective avec nos différents leaders.

Jean-Pierre BONNEVILLE et moi-même avons signé une lettre de soutien en faveur de Philippe MONNET (délégué de la 3ème circonscription) aux fins de figurer sur la liste aux Européennes. En outre, nous avons proposé à Gérard GUILLEMIN d’être notre coordinateur départemental pour ces élections.

III - Pour les municipales de Bourges, le travail en vue de constituer une liste se poursuit avec des ateliers ouvert à tous les 4ème samedi du mois. J’invite les adhérents de Bourges et de son agglomération à s’investir.

Par ailleurs, le Bureau a désigné Jérémy EPINETTE responsable des jeunes actifs. Nous lui souhaitons nos plus vifs encouragements et nous devons lui apporter toute notre aide.

Je porte à votre connaissance la date suivante :

Jeudi 28 mars à 18 h 30 à Saint-Doulchard : Assemblée Générale de Cher Avenir suivie d’une réunion avec Bruno RETAILLEAU.

Pour celles et ceux qui n’ont pas renouvelé leur adhésion 2019, je vous invite à le faire. Les Républicains et leurs leaders nationaux ont besoin de votre soutien.

Je reste à votre disposition pour toutes questions ou suggestions relatives à l'organisation et aux actions de notre mouvement. Pour ce faire, je vous invite à prendre contact auprès de la permanence de Bourges autant que de besoin (Courriel : lesrepublicains18@free.fr ou tel : 02.48.50.61.61

David DALLOIS
PRÉSIDENT



Version imprimable